Cette technique de cuisson a été inventée au XVIe siècle par les potiers Japonais  pour la cérémonie du thé.

Après une première cuisson (biscuitage à 980°), j’émaille mes pièces tournées ou travaillées à la plaque. Je place les poteries dans le four à raku fonctionnant au gaz. Lorsque la température atteint environ 920°, avec une longue pince, je dépose les pièces incandescentes sur la paille qui s’enflamme. Je ferme les cuves afin qu’il n’y ait plus de contact avec l’oxygène (réduction). La fumée dégagée va noircir le tesson et la réduction va influencer les effets métalliques.

 Après une vingtaine de  minutes, je les plonge dans l’eau et je les nettoie énergiquement. Les chocs thermiques ont produit des craquelures. Les pinces et la paille dessinent des empreintes sur l’émail. Un peu de hasard ajouté à une technique bien précise, font que chaque cuisson est un éternel émerveillement. C'est une cuisson rapide, après 2 heures les pièces sont terminées. Pour le grès je vois le résultat au bout de 2 jours.

 

La technique du Raku est magique ; dans ma recherche d’effets métalliques, j’aime me laisser surprendre par l’œuvre du feu et de l’enfumage. Des poteries aux couleurs flamboyantes, métallisées  naissent de ma démarche.

17 _255x170.jpg